Les origines

May qui signifie maman en laotien est aussi le surnom donné à la grand-mère de la famille Khamvene.

Née en Chine en 1953, d’un père cantonais et d’une mère laotienne. Elle arrive au Laos, le cœur de la péninsule indochinoise vers l’âge de 5 ans. C’est à Vientiane (la capitale) que cette femme au talent précoce pour la cuisine puise ses premières inspirations.

128102436_1090991598038384_2726429828611460036_n-scaled-oz1fmatrxd0nzcpgdxci56baay5hd78h1xnw02wty0

De Vientiane à Paris

Dans les années 1970 après la guerre du Vietnam et la prise de pouvoir communiste au Laos, des heures très sombres débutent pour de nombreuses familles laotiennes. C’est à 22 ans, déjà mère 6 fois, que May choisit de traverser le Mékong au péril de sa vie pour offrir un avenir à ses enfants. Suivent les années de survie en camp de réfugiés en Thaïlande sous le règne, puis l’arrivée en France.

Commence alors l’histoire de May, les années de résilience et de nouveaux défis. Loin de l’avoir abattue, ces épreuves lui ont forgé son caractère de conquérante et surtout sa joie de vie qui rayonne autour d’elle depuis.

Aujourd’hui, grand-mère épanouie de 12 petits enfants, May sait qu’elle a fait le bon choix !

Après son arrivée en France, May rencontre un grand succès avec ses petits plats maison auprès de ses voisins proches dans un premier temps, puis sa notoriété s’étend rapidement aux immeubles du quartier. Ainsi, elle a l’idée de proposer ses spécialités à l’épicier du coin puis au supermarché de la ville.

Cette petite entreprise marque profondément l’histoire de May et de sa famille. Ils ouvrent leur premier restaurant en région parisienne dans les années 1980.

Dans les années 1990, le fils ainé Raymond Khamvene (Haï), s’éloigne de la vie parisienne pour rejoindre Fouras (à proximité de La Rochelle) où il devient l’emblématique « Sumo » de Fort Boyard.

Sa famille le rejoint. Ils ouvrent ensemble leur premier restaurant en bord de mer qui devient naturellement le repère des protagonistes de l’émission et c’est à cette époque qu’ils décident de poser l’ancre dans la merveilleuse ville de La Rochelle.

Les premiers restaurants ouverts par Michel (Deng) et Philippe (Noy) Khamvene au tout début des années 2000 connaissent un succès remarquable. L’Asiane et La Boussole sont devenus des institutions en Charente-Maritime. Peu de temps après, ils ouvrent Iséo, bistrot de la mer. Ils proposent alors une cuisine franco-asiatique de produits maritimes locaux dans un emplacement exceptionnel, au pied des deux tours.

D’autres suivront, au grès des rencontres de la vie, de la passion de la cuisine qui s’alimente des expériences, des voyages et des rêves de chacun.

Capture-decran-2021-01-04-a-02.04.54

Du travail et de l'entraide

Ces valeurs restent essentielles à la famille. L’amitié et le partage sont venus naturellement les compléter et créer un univers plus large de plaisir et de possibilités.
L’AsianeLa BoussoleIséo, Ginger, La Rôtisserie du Pré, Le Galanga… Le succès de ces restaurants est notamment dû à la célèbre et appréciée Sauce Carotte qui accompagne les plats dont raffolent les clients.

C’est aussi grâce à l’éternelle passion de May qui n’hésite pas et met un point d’honneur à former chaque nouveau cuisinier lors des ouvertures.

May, aujourd’hui est toujours aussi passionnée par la cuisine, ainsi elle continue de créer et de développer des sauces pouvant sublimer tout type de préparations culinaires. Soutenue et boostée par ses enfants et ses petits-enfants. May a développé une marque et une gamme de sauce pouvant être utilisées chez chacun d’entre vous.

Une belle histoire de transmission et d’héritage.

C’est maintenant au tour de la troisième génération : aux petits-enfants de prendre le relais. Quatre d’entre eux ont déjà ouvert leur propre restaurant et un cinquième a pour mission de faire découvrir au monde les sauces de sa grand-mère…